De nombreuses personnes se demandent, aujourd'hui, pourquoi passer des années sur les bancs d'une université s'il n'y a pas d'emploi à la sortie.

Consulter nos articles
Le domaine du travail reste ainsi extrêmement versatile, avec un rythme d'embauches qui demeure nettement en dessous de celui que l'on pouvait observer dans les années pré-crise. Cependant, les cadres échappent désormais à cette apathie. Effectivement, certains secteurs comme la construction ou la distribution restent en berne tandis que d'autres se portent bien, par exemple l'informatique et la banque-assurance. Les cadres sont plus mobiles. La mobilité est visible.
tant au niveau de simples mutations géographiques qu'au niveau professionnel L'idée du cadre qui reste fidèle à la même société durant toute sa carrière professionnelle est dépassée. Aujourd'hui, ils sont nombreux à changer d'horizon professionnel au moins une fois. Il est aisé de s'imaginer que le désir de gagner plus est la principale motivation poussant un cadre à choisir une nouvelle société. C'est un préjugé. Certains aspirent à découvrir un nouveau domaine d'activité, tandis que d'autres fuient une situation tendue avec un membre de la hiérarchie.

Nos articles